Cours sur la photo numérique

Cours de photographie (2005-2011)
Home /

Les pionniers

Les photographies des pionniers sont souvent plus le résultat d’expérimentations, de démonstrations techniques, pas tellement comme des images artistiques. Cependant quelques images sortent du lot, comme symptome d’une époque, comme balbutiement d’une approche, comme affirmation d’une autonomie de ce médium naissant.

Nicéphore Niepce

JPEG - 142.8 ko

Cette image de Nicéphore Niepce nous est parvenue comme première image photographique stabilisée. La technique était le bithume de judée (le mot fait rêver tant il est abstrait) et date de 1827.
Du point de vue artistique, à priori pas grand chose à en dire sauf que cette première image est une vue de fenêtre. Elle est donc une évocation de la peinture (fenêtre sur le monde) et mise en abîme (vue d’une vue, caméra obscura dans une chambre). Pur hasard technique, peut-être, mais aussi métaphore de la photographie (le grand dehors dans une petite boite).

Daguerre

JPEG - 79.1 ko

Daguerre (Louis Jacques Daguerre, 1787 - 1851) est de loin le plus connu des pionniers de la photographie. Concepteur de décors pour le théâtre, il utilisait souvent la camera obscura pour tracer la perspective des grandes toiles qu’il peignait. En 1826, il prend connaissance des recherches de Niépce et, en 1829, il s’associe à lui ; cette association durera peu, Niépce décède en 1833. Poursuivant ses recherches, il découvre accidentellement, en 1835, qu’il est possible de développer une image latente, ce qui fait passer de 8 heures à 30 minutes le temps d’exposition requis. Il ne réussit cependant à fixer ces images que deux ans plus tard.

JPEG - 623.3 ko
Daguerre
Célèbre photographie de Daguerre, notamment pour la description faite par Humbold.

En 1839, le gouvernement français qui avait acheté les droits de ce procédé nommé daguerréotype le rend public et gratuitement accessible à tous. Le succès est immédiat, tant en Europe qu’en Amérique. Malgré sa grande popularité (en 1850, il y a plus de 70 galeries de photographie à New York seulement) ce procédé a un défaut majeur : il ne permet pas de faire des copies. Chaque image est une pièce unique (certains y voyaient là plutôt une qualité).

Fox Talbot

En 1839, William Henry Fox Talbot (1800 - 1877) trouve une solution en inventant le négatif papier (le Calotype) qui peut être reproduit à l’infini. Mais l’image est très petite (1" x 1’’) ; de plus, la texture et les défauts du papier apparaissent lors du tirage positif. Bien que ce fut le premier procédé « négatif - positif » tel que nous le connaissons aujourd’hui, il ne pouvait rivaliser avec la qualité du daguerréotype.

Nadar

JPEG - 27.2 ko

Gaspard-Félix Tournachon, dit Nadar, est né le 6 avril 1820 à Paris et mort le 21 mars 1910 dans la même ville). Il fut un caricaturiste, aérostier et photographe français.
Ouvre une boutique à Paris et photographie tout le beau monde de l’époque, de Sarah Bernard à beaudelaire.
On lui doit, anecdote, le nom des barrières nadar : lors d’une démonstration de mongolfière à bruxelles, on utilsa des barrière pour garder le public à distance, barrières qui graderont son nom.

Maxime du Camp

Né le 8 février 1822, Maxime Du Camp est le fils unique d’un chirurgien, mort en 1824.
Il rencontre Flaubert en Mars 1843, alors qu’il se destine à une carrière d’homme de lettres.
Il effectue son premier voyage en Italie et en Algérie en 1844, et parcourt la Bretagne à pied avec Flaubert en 1847 d’où ils rapporteront "Par les champs et par les grèves"

En 1849, Flaubert et lui s’embarquent pour l’Orient : Egypte, Palestine, Syrie, Asie Mineure, Grèce et Italie.

D’Egypte, Du Camp rapportera un récit de voyage "Le Nil", dans lequel il réussit à ne pas nommer Flaubert une seule fois ; et cent cinquante calotypes, qui font de lui un des premiers reporters photographes de son époque.

La mission Héliographique

La Mission héliographique est une opération commandée en 1851 par la commission des monuments historiques.
En 1851, la photographie est en plein essor, la commission des monuments historiques, dirigée par Prosper Mérimée demande à des photographes de saisir sur pellicule une série de monuments remarquables pour lesquelles elle prévoit la rénovation, ou dont la rénovation a déjà commencé comme pour Carcassonne avec Viollet-le-Duc.
Les photographes missionnés sont : Gustave Le Gray, Mestral, Edouard Baldus, Hippolyte Bayard, Henri Le Secq.

Mathew Brady

Né au Warren County, New York (vers 1823, mort à New York en 1896), était un photographe pendant la guerre de Sécession américaine.
Quand il eut 17 ans, il s’établit à New York. En 1862, il présenta une exposition des photographies de la bataille d’Antietam, avec la description des cadavres sanglants, une chose nouvelle aux États-Unis.
Mathew Brady fut également un photographe quasiment officiel du président Abraham Lincoln dont de nombreux portraits proviennent de son travail.

Par stephane, 27 novembre 2005