Cours sur la photo numérique

Cours de photographie (2005-2011)
Home /

Exercice 1 : le flou bougé

Un premier exercice simple, qui permettra de mettre en jeu la notion de temps d’exposition.

Bougé = raté ?

Le flou « bougé » est une des erreurs les plus courantes du photographe débutant. Il peut avoir deux causes. Soit c’est le sujet devant l’appareil qui se déplace pendant le temps d’exposition, soit c’est l’appareil lui-même qui se déplace durant ce même temps d’exposition. Dans les deux cas le flou bougé est conséquence d’un temps de pose qui permet que ce déplacement s’imprime sur la surface sensible. Plus le temps de pose est long, plus le risque de bougé est grand. On estime que le temps de pose minimal pour une photo est de 1/60eme de seconde. A cette vitesse déjà, et certainement en dessous de ce temps de pose (1/30, 1/15, etc.) il est nécessaire doit donner plus de stabilité à l’appareil en s’appuyant sur quelque chose (mur, table, ...) ou en utilisant un pied, et photographier des sujets susceptibles de moins de mouvements : objets, paysages, etc. Ceci si on veut EVITER le flou bougé évidemment.

Dans la pratique, le manque de lumière est généralement in fine la raison des photos de flou bougé. Un apport de lumière supplémentaire est dans ce cas nécessaire pour y remédier. Travailler en extérieur jour, utiliser des éclairages supplémentaires ou le flash.

Esthétiquement, l’effet du flou bougé peut être assez agréable pourvu qu’il soit maitrisé, au niveau du temps de pose, de la composition de l’objet flou, de sa densité, etc. Selon que le temps de pose est long ou court, on a des effets de trainées lumineuses, des contours d’objets incertains, etc.
Au niveau du sens dégagé, le rapport flou/net crée un effet de métaphore sur la permanence et l’impermence, sur la surface et l’essence. Symboliques souvent lourdes, qui plombent l’image. Ce sont les limites de cet effet souvent « joli ». Les visages, cependant, peuvent parfois être rendus grimaçants par les sillages qu’ils dessinent dans l’espace.

L’exercice

Cet exercice va vous obliger à maîtriser ce paramètre élémentaire de la photographie, qu’elle soit argentique ou numérique : le temps de pose. Pour cela, on peut soit travailler en mode automatique (l’appareil règle le temps de pose lui même) en trouvant les conditions adéquates (faible lumière), soit en mode manuel, en choisissant soi-même le couple diaphragme/vitesse d’obturation.

Il s’agit de produire 10 images de flou bougé.
Attention : chacune de ces images devra comporter un point net dans l’image, ce qui signifie qu’il ne suffit pas de bouger l’appareil en tous sens en condition de basse lumière pour répondre à l’exercice.
On évitera d’autre part l’emploi du flash qui fera l’objet d’un exercice particulier.

Rappel des possibilités :
- un objet en mouvement dans un environnement net.
- un objet bougeant peu avec un temps de pose démesurément long.
- un objet mouvant suivi par l’appareil, donc net dans un environnement flou.

Des exemples seront montrés lors du cours.

Attention : il ne s’agit ni de faire un catalogue des possibilités du flou bougé, ni de me démontrer que vous avez compris la consigne. Je ne doute pas que vous soyez techniquement capable de réaliser un flou bougé, c’est une des choses les plus faciles à réaliser en photographie. Il s’agit surtout de voir ce que vous en faite, qui aie des qualités esthétiques ou autres.

Attention 2 : Bien qu’il ne s’agisse pas d’un catalogue, il est important de tester pusieurs possibilités du flou bougé. Ne mettez pas au point une seule technique pour l’appliquer 10 fois. Il existe suffisamment de possibilités.

Durée

3 semaines. Lundi 12 octobre, remise des photographies sur clé usb ou CD.

Résultat

L’évaluation portera sur la capacité à faire un usage personnel du flou bougé. Ni virtuosité, ni originalité à tout crin n’est nécessaire.

Par stephane, 14 septembre 2008